Prométhée Eurl Prométhée Eurl Prométhée Eurl

Découvrez les conseils de Prométhée Eurl, « le Messager du feu », spécialisée dans les diagnostics à Biganos (33), Biscarrosse (40) et Bassin d'Arcachon.

Nettoyage d’une vitre d’insert ou de poêle.

Si les produits spécifiques ne vous conviennent qu’à moitié, ou vous reviennent trop cher : Utiliser des feuilles humides d’un journal, tamponnez les dans la cendre froide du foyer, et nettoyer la vitre avec, résultat garanti sans aucun risque de rayures.
Ne jamais utiliser de produits abrasifs ou éponges « gratteuses » au risque de dépolir la vitre et de ne plus pouvoir par la suite la nettoyer correctement (incrustation des suies dans les rayures).
Eviter les produits de nettoyage de four de cuisine, même si assez efficaces, ils sont étudiés pour l’encrassement spécifique dû aux projections de cuisson (graisse végétale et animale), et risquent de détériorer prématurément les joints de portes et de vitres !

Le ramonage

Le ramonage d’un insert, foyer fermé ou poêle fonctionnant en « continu » une saison complète de chauffe (d’octobre à Avril) est à faire au minimum deux fois par an, dont un en milieu de service, courant Janvier en général, afin de prévenir les feux de conduits appelés aussi « feux de cheminées » Ce conseil s’applique tout particulièrement aux utilisateurs de bois humides fraichement coupés, et/ou résineux. Pour information, la responsabilité d’un ramoneur ne peut être engagée passé un délai de 4 mois (en saison de chauffe).

Le ramonage de tuyaux Inox (Souple ou rigide isolé ou non) ou Acier émaillé (tuyaux de raccordement des poêles) se fait à l’aide de brosse ou « hérisson » en nylon.

Attention : il y a souvent une différence de diamètre entre le conduit de fumée (en départ du plafond jusqu’à la sortie de toit) et le conduit de raccordement de l’appareil (allant jusqu’au conduit de fumée), car celui-ci est parfois de dimension inférieure, donc utiliser deux brosses distinctes et adaptées, afin d’éviter tout risque d’arrachement ou de déboitement des tuyaux !

Les brosses métalliques sont exclusivement réservées aux conduits maçonnés et non tubés (ou chemisés).

Ne pas confondre suie et bistre. Pour la première, la suie, d’aspect noir mat et d’amalgame filandreux, un ramonage classique par « hérisson » et aspiration souvent suffit, pour le second, le bistre, d’aspect lisse, uniforme dur et « brillant », l’appel à une entreprise spécialisée et équipée d’un matériel adapté est fortement conseillé ! En effet, le bistrage est un phénomène de goudron chargé d’humidité qui durcit et colle au conduit de fumée, que seul un « martelage » par un outil équipé de petites masselottes, peut éliminer.

Le bois de chauffe

Le bois de chauffe idéal est un bois coupé, fendu et stocké au moins depuis 18 à 24 mois sous abris. En effet, un bois de moins de dix-huit mois laisse apparaître un taux d’humidité souvent supérieur à 50%, entrainant des combustions incomplètes, l’encrassement exagéré des conduits de cheminée (bistrage), mais aussi des appareils de chauffe (insert, foyer fermé et poêle à bois) ainsi que de leurs vitres, favorisant les risques d’incendies de cheminées, les refoulements, noircissements et mauvaises odeurs.

Un foyer fermé, un insert ou un poêle à bois ne doit fonctionner qu’avec du bois de chauffage et assimilé (bois non traité, palettes et cagettes excellentes en petite quantité pour aider au démarrage).

Eviter tous les bois traités, peints et vernis, ou les agglomérés et stratifiés, ainsi que tout papier glacé !

(Risque d’émanation toxique, d’encrassement important très difficile à éliminer, et de tâches lors de coulures)

Ne jamais utiliser de charbon ou assimilé (sauf si mixte : bois/charbon, et équipé d’une trémie spéciale dans ce cas)

Ne jamais démarrer, ou pire encore, relancer un feu avec de l’alcool ou à base de pétrole et produits dérivés, tout particulièrement en cas de foyer fermé.

Ne transformez pas un foyer ouvert en foyer fermé par un système de porte rapporté, sans vérifier la classification de votre conduit de fumée.

Il est possible que celui-ci ne résiste pas à des températures de « feu fermé » pouvant aller au-delà de 400° (cf. dernier DTU 24-1 et normes européennes en vigueur)

Consultez toujours au préalable un spécialiste.

Le bris de glace

Lorsque vous assurez votre habitation contre toutes sortes de risques, vérifiez si vous êtes garantis dans le cadre du « bris de glace », pour les vitres d’inserts, foyers fermés et poêles, avec ou sans franchise, ou parlez-en à votre conseiller en assurance.

Cela vous évitera, le cas échéant, la désagréable surprise d’une facture parfois coûteuse, de par le matériel spécial à la base, suite à un bris de glace de votre vitre d’appareil fermé.

En effet, les verres spécifiques des foyers fermés (vitrocéramique) sont résistants à de très fortes et hautes températures (de l’ordre de + 750° max.), mais ne supportent pas les chocs thermiques (chaud et froid), ni les chocs « mécaniques » (coups).

Espérant que ces « petits tuyaux » vont auront été utiles, mais sachez qu’ils ne remplaceront jamais les conseils adaptés en direct d’un spécialiste !

Consultez-nous ou laissez-nous vos messages et coordonnées dans la page « contact », on vous répondra ou contactera au plus vite ! Merci de votre visite.

Retour en haut de page

« Les petits tuyaux » bons à savoir